Panier

Les couleurs du vin

Que ce soit pour un plat ou pour une boisson, ce que voient les yeux compte beaucoup et c’est ce qui déclenche l’envie. Même si vous n’êtes pas encore passé à la dégustation, vous pouvez déjà avoir un avis des saveurs. Certains vont même jusqu’à refuser une boisson car elle est trop rouge ou car elle est trop claire. Il ne faut pas trop se focaliser sur cette première impression car un vin très clair n’est pas forcément très fade. Pour ce dossier, nous allons nous concentrer sur les couleurs du vin. Ceci vous permettra d’arriver jusqu’à la dégustation et jusqu’à l’appréciation d’un vin que vous n’avez jamais goûté. 

Les robes des vins 

La robe d’un vin rouge peut aller de la framboise au grenat. Vous pouvez tomber sur un vin rouge avec une robe cerise, rubis, pourpre ou violet. Cette teinte peut virer vers le tuilé avec l’âge du vin. Dans la catégorie des vins blancs et des vins ayant une couleur plus claire comme le champagne, le vin mousseux ou le pétillant, la robe peut aller du jaune vert au roux. Un vin blanc peut prendre une couleur jaune paille, or vert, or pâle, or jaune, doré, vieil or, ambré clair ou ambré foncé. Il est clair que les raisins blancs utilisés dans la production de vin, ne donnent que des boissons avec des couleurs claires et les raisins noirs donnent des vins rouges et rosés. Cependant, le processus de vinification peut faire perdre la couleur du raisin et au résultat, le raisin noir peut donner un vin blanc. Il n’y a donc pas que la couleur du raisin qui joue sur la robe de cette boisson. 

Ce qui donne la couleur du vin 

Le cépage, notamment la variété de raisin, est le principal paramètre qui fait la couleur du vin. Le pinot noir ou le grenache, par exemple, sont des raisins noirs et leur peau apporte de coloration à la boisson. Ces raisins-là donnent en général du vin rouge mais l’intensité peut encore être variable. Le syrah ou le cabernet sauvignon ont des peaux plus claires et donnent des vins blancs ou des boissons moins colorés. Le climat se mêle aussi de la coloration de la boisson : en général, si le vin est élevé dans un environnement frais, sa couleur sera plus claire. Il est à noter tout de même que cette règle n’est pas absolue car d’autres éléments peuvent jouer avec le climat, notamment l’orientation par rapport au soleil et l’altitude. Ces autres paramètres peuvent jouer sur l’intensité de la couleur du vin.  La vinification est aussi un des paramètres qui donnent sa couleur au vin. Un vin qui a une robe rouge intense est surement passé par un processus d’extraction plus forte. Certaines techniques comme celui du pigeage ou du remontage peuvent également apporter plus de couleur au vin. L’élevage et le vieillissement vont également jouer pour que les vins rouges à la robe pourpre vont évoluer vers un ton grenat, voire tuile avec l’âge. Il est à noter tout de même que si les grands vins élaborés avec soin avec moins de produit chimique vont vers une couleur plus foncée avec le temps, ce n’est pas le cas des vins industriels. En effet, certains produits chimiques font perdre le pigment de ces boissons. 

La couleur rosée du vin rosé 

Il faut arrêter de se dire que le vin rosé s’obtient en mélangeant du vin rouge et du vin blanc. Certes, il y a certains champagnes rosés qui s’obtiennent de ce processus mais ceux-là, on les appelle les rosés d’assemblage. Le vin rosé s’obtient par le même processus de vinification que celui du vin rouge. Seulement, sa couleur reste plus claire car le jus reste moins longtemps en contact avec les peaux de raisins. Pour le vin rouge, on laisse le jus en contact avec la peau des raisins pendant 2 à 3 semaines tandis que pour le vin rosé, ce processus ne dure qu’une demi-journée en général. Le vin rosé peut avoir une robe très claire et une robe plus intense, voire même un rouge clair et cette nuance s’explique par les techniques de vinification. Le vin rosé ayant une robe très claire est surement passé par un pressurage direct qui consiste à presser directement les raisins noirs et à vinifier le jus comme un vin blanc. Ces techniques vont apporter une fraîcheur et une note plus aromatique au vin rosé en plus de cette couleur qui est plus claire. Certains vins rosés sont vinifiés comme les vins rouges, autrement dit, la macération se fait en cuve et c’est ce qui fait la couleur plus intense au rosé. 

Des raisins rouges pour du vin blanc 

Cette affirmation peut vous sembler paradoxale mais on peut bien faire du vin blanc avec des raisins rouges. Pour avoir ce résultat, les vignerons s’appliquent pour éviter de macérer les peaux avec le jus. C’est la technique utilisée pour avoir du champagne avec des cépages rouges comme le pinot noir, le pinot meunier. Faire du vin rouge en revanche est plutôt impossible. Toutefois, avec les raisins blancs, il est possible d’avoir une boisson ayant une robe plus orangée. Pour ceci, les vignerons ont recours à la macération pelliculaire prolongée qui consiste à laisser les moûts de raisins blancs lors de la macération avec les peaux à une durée plus importante. Pour avoir plus de colorations avec le vin blanc, vous pouvez tenter l’expérience en le laissant vieillir quelques décennies. Vous n’aurez pas une coloration rouge intense mais la robe jaune vert peut virer à l’orange. 

Qu’en est-il du vin jaune ? 

Il faut préciser que le vin jaune est produit exclusivement dans le Jura. Pour les avoir, les vignerons de cette région ont recours à une technique d’élevage plus particulier. Pour le vieillissement, ces vins prennent au moins 3 ans et c’est ce qui développe sa couleur or. A l’ouverture d’une bouteille de vin jaune, vous sentirez aussi une odeur rappelant la noix, le curry ou la noisette. Cette émanation est due à un composé chimique appelé le sotolon et ce dernier renforce aussi le goût de la boisson.

9,7/10 | Excellent