Vin, guide découverte

Le vin est une boisson alcoolique datant de plusieurs milliers d’années. Au fil des années la consommation de cette boisson s’est de moins en moins vulgarisée. Et la qualité est devenue de plus en plus recherchée. La passion pour le vin est née. Voyons tout ce qu’il y a à connaitre sur le sujet.

La classification des vins

On peut classifier le vin suivant différents critères : selon sa robe (couleur), selon son taux de CO2, selon sa teneur en sucre naturel, selon sa teneur en sucre ajoutée (via la liqueur d’expédition), selon son vieillissement.

Selon sa couleur, il est possible de distinguer trois classes de vin.

Il y a tout d’abord les vins rouges. Ils sont obtenus par la fermentation du jus de cépages noirs. Pour plus de détails sur le vin rouge, jetez un oeil à cet article.

Il y a ensuite les vins blancs qui sont élaborés à partir des cépages blancs. Un article dédié au vin blanc est disponible ici.

Et enfin, il y a les vins rosés. Pour ce dernier type de vin, il n’y a pas de définition exacte. C’est un vin avec une couleur intermédiaire entre le blanc et le rouge. Et il est fabriqué également à partir de cépages noirs. Pour découvrir de manière plus approfondie le vin rosé, vous pouvez le découvrir ici.

Selon son taux de CO2 dans le vin, on peut distinguer quatre classes. Avec un taux de CO2 inférieur à 1g/L, il y a les vins tranquilles.  Pour un taux entre 1 à 2 g/L, on parle de vins perlants. Ils produisent une pression en dessous de 1 bar. Pour un taux entre 2 à 4 g/L, on parle de vins pétillants. La pression produite est entre 1 et 2,5 bars. Au-dessus de 4g/L, on parle alors de vins mousseux (les crémants et les champagnes). Ils produisent une pression avoisinant les 6 bars.

Selon sa teneur en sucre naturel les vins tranquilles peuvent être classés en 5 catégories. Il y a les vins secs qui ne contiennent que 0,2 % de sucre ; les vins demi-secs avec un pourcentage situé entre 0,2 et 0,3 % ; les moelleux avec 3 à 5 % de sucre ; entre des 5 et 11 % on parle de liquoreux ; à 11 % on parle de vins doux naturels.

Selon sa teneur en sucre de la liqueur d’expédition, on peut classifier les vins effervescents en 6 catégories. Si le vin effervescent ne contient aucun sucre ajouté, on parle de vin brut nature. Avec un taux de 6 g/L on parle de vin extra-brut. À hauteur de 15 %, on parle de vin brut. Pour un taux entre 12 et 20 g/L, on parle de vin extra sec. Le vin effervescent est sec à hauteur de 17 à 35 g/L de sucre ajouté, et demi-sec à hauteur de 35 à 50 g/L.

Selon son vieillissement, il y a deux catégories de vin. Il y a les vins de garde. Ce sont des vins vieillis en cave afin de les rendre meilleur. Le temps de garde peut varier de 5 à 20 ans, voire plus. Il y a ensuite les vins jeunes. Ce sont des vins immédiatement vendus la même année de leur fabrication.

PinotBleu - Vin

Comment les vins sont-ils faits ?

La fabrication des vins passe par plusieurs procédés qui peuvent différer d’un vin à un autre. Toutefois, la vendange, la première étape est commune à tous. Elle consiste à récolter les grappes de raisins. Ensuite en fonction du produit voulu correspondent les procédés adoptés.

  • De manière générale, pour les vins rouges après la vendange, le producteur passe à l’égrappage. Cela consiste à séparer les baies des rafles. Les baies sont ensuite pressées pour en extraire le jus. On obtient à la fin de l’opération un moût qui est un mélange de chairs, de pépins, de jus et des peaux. Le moût est mis dans des cuves avec le marc pour faire la macération et activer également la fermentation. C’est pendant la macération que le vin acquiert son goût et sa couleur. C’est également pendant la macération que le sulfitage, le levurage, la chaptalisation et la clarification sont effectués. À la fin de la fermentation, le producteur procède à l’égouttage. Le vin est séparé des sédiments et placé dans des cuves de stockage. Les sédiments sont quant à eux pressés pour en extraire le vin restant. Pendant le stockage en cuve a lieu la fermentation malolactique qui dure 10 à 15 jours. Cette deuxième fermentation stabilise le vin. Après la fermentation malolactique, le producteur fait un second sulfitage et soutire les lies. Le vin obtenu passe par une dernière étape de filtration avant l’embouteillage ou le stockage dans des grands fûts.

  • Pour la fabrication des vins blancs, lors de la fermentation, il n’y a pas de macération.

  • Pour la fabrication des rosés, le temps de macérations à la différence des rouges, est plus court.

  • Pour la fabrication des mousseux, la fabrication se divise en deux temps : la préparation du vin et la prise de mousse. Avant l’embouteillage, le producteur rajoute du sucre et des levures sélectionnées au vin. La prise de mousse du vin a donc lieu en bouteille pendant 3 à 6 mois. Pendant le temps de la prise de mousse les bouteilles sont inclinées (tête en bas) pour faciliter le dégorgement (expulsion des dépôts par pression). Pour compenser les pertes on procède à une mise à niveau. Enfin la bouteille est bouchonnée de nouveau.

  • Pour la fabrication des pétillants, la méthode de fabrication est la même que celle des vins blancs avec un procédé en plus, la carbonication. Elle a lieu avant la mise en bouteille.

Les vins moelleux, liquoreux et doux sont faits à partir des vins blancs avec rajout d’une quantité définie de sucre.