Costières de Nîmes : l’autre AOC de la Vallée du Rhône

Produit sur l’aire viticole la plus méridionale du vignoble de la vallée du Rhône, le Costières-de-Nîmes est un vin français d’appellation d’origine contrôlée qui présente un tempérament méditerranéen et un goût unique lié au terroir du même nom. Cette appellation se trouve à l’extrême sud-ouest de la vallée du Rhône, au nord-ouest de la Camargue et dans la région des Costières, et produit principalement des vins rouges, ainsi que des vins rosés et même des blancs. Ces vins ont obtenu le statut d’AOC en 1986, lorsque l’appellation portait le nom de « Costières-du-Gard » ; elle ne prend son nom actuel qu’en 1989. Tous ces vins dérivent leur caractère d'un sol exceptionnel (constitué de galets graveleux déposés par la rivière rhodanienne et durancienne), de la vigueur des cépages rhodaniens, d’un climat favorable, et du mistral. 

L'appellation bénéficie également de la mise en œuvre d’une charte paysagère et environnementale, un concept innovant de protection et de promotion des zones viticoles. Et, chaque printemps, un événement spécial (Les Vignes Toquées) s’y déroule, avec une visite gastronomique des vignobles. Encore une raison de sortir déguster ces vins et d'explorer la région !

Déguster un délicieux Costières de Nîmes en bio et biodynamie

Histoire

Au milieu du VIIIe siècle av. J.-C., les Grecs de Rhodes s’établissent sur la côte méditerranéenne de la Gaule et donnent leur nom au Rhône (Rhodano). Ils fondent les cités d’Hérakléa (Saint-Gilles-du-Gard) et de Rhodanousia (en face d’Arles). 

En 19 av. J.-C., les légionnaires vétérans de la campagne d'Égypte s'installent à Nemausus (aujourd'hui Nîmes). En 280, après la révocation du décret interdisant la viticulture en Gaule, Cassius Severanius, gouverneur de la région de Narbonne, ordonna une replantation massive des vignobles de pagus nemensis (Costières). Au Moyen Âge, l'Abbaye de Saint Gilles du Gard devient le poste de commandement principal dans le Languedoc des Hospitaliers de l'Ordre de Saint Jean de Jérusalem. Ce sont eux qui ont vraiment développé la viticulture dans la région.

Au XIVe siècle, les vins de Saint-Gilles et de la Costière de Nîmes étaient parmi les plus appréciés de la cour papale d'Avignon. Jean XXII, Urban V et Gregory XI ont tous stocké leurs caves avec des vins de la Costière. Au XVIIe siècle, la construction du canal du Midi a favorisé la culture de la vigne et a joué un rôle encore plus important au XIXe siècle, lorsqu'il a été relié au Rhône via Sète. Le transport fut également grandement facilité par le fait que le chemin de fer atteignit Nîmes dès 1839. 

En 1955, Philippe Lamour, président de la Compagnie Nationale d'Aménagement du Bas-Rhône et du Languedoc, brillant avocat parisien, entreprit d'importants travaux d'irrigation. En effet, le canal du Bas-Rhône Languedoc, qui a transporté l'eau du Rhône vers le sud du Gard et l'est de l'Hérault depuis les années 1960, a été rebaptisé plus tard en son honneur. En même temps, il est devenu un chef de file de la viticulture dans le Gard en préconisant une amélioration de la qualité. Président du Syndicat des Costières du Gard, dont les vins ont obtenu le statut de VDQS en 1950, il a été par la suite nommé à la présidence de l'organe de supervision des Vins Délimités de Qualité Supérieure. En 1986, les Costières du Gard ont été reconnues par l'INAO comme méritant le statut d'AOC. Le nom de l'appellation a été changé en Costières de Nîmes en 1989.

Géographie

Le vignoble des Costières de Nîmes se situe au sud de Nîmes, entre la basse plaine du petit Rhône et les marais de la petite Camargue, notamment entre les communes de Beaucaire et de Vauvert. Il est délimité au nord par l’agglomération de Nîmes, précisément par la vallée du Gardon. Il possède une altitude moyenne comprise entre 80 et 100 mètres, avec le Puech de Dardaillon à Générac comme point culminant (144 mètres).

La région est faite d’un terrain supérieur (pliocène) constitué de galets (ou taparas), de sables et de marnes souvent bleuâtres. La formation de marnes est recouverte par des galets issus des débâcles glaciaires, provenant soit de la rivière rhodanienne soit de celle durancienne. Ces galets sont localement appelés « gress » (lorsqu’ils sont libres) ou « taparas » (quand ils sont cimentés entre eux), et caractérisent le plateau des Costières. Les sols des Costières possèdent également un lit d’argile rouge (ou gapan), généralement situé en profondeur, mais parfois en surface.

Le département de Nîmes est réputé pour être le plus chaud de France. Le climat du terroir des Costières est soumis à deux saisons sèches et deux saisons pluvieuses au cours de l’année. Alors qu’un climat continental domine le Rhône septentrional, ce terroir est plutôt caractérisé par son climat méditerranéen. Ce climat possède une période de semi-sècheresse de juin à fin août, et les précipitations ont une saisonnalité très marquée et tendent à se présenter sous forme de violentes tempêtes automnales. Le mistral souffle fortement sur les vignes tout au long de l’année, assainissant le vignoble et assimilable à un purificateur naturel (il chasse notamment les ravageurs).

Encépagement

L’appellation Costières-de-Nîmes est constituée de 24 communes du département du Gard qui cultivent (sur une superficie totale d’environ 3 950 hectares) plusieurs cépages en blanc comme en noir.

En général, la plupart des vins des Costières de Nîmes sont rouges (55 %), mais la région produit également des rosés (35 %) et des blancs (10 %). Les assemblages autorisés par le cahier des charges de l'AOC Costières de Nîmes confèrent aux vins un caractère résolument fruité, avec une structure tannique et une bonne fraîcheur.

Dans le cas des rouges et des rosés, le Grenachela Syrah et le Mourvèdre doivent représenter ensemble au moins 60 % du mélange, le reste étant composé de Carignan et de Cinsault. En ce qui concerne les vins rosés, les cépages blancs de l'appellation peuvent également être inclus, jusqu'à un maximum de 10 %. Les vins blancs, fruités et consistants, sont issus du Grenache blanc, de la Roussanne et de la Marsanne, auxquels s'ajoutent du Bourboulenc, de la Clairette, du Vermentino et du Viognier. La teneur en alcool minimum autorisé est de 11,5 % en volume.

Terroir et développement des vignes

Le terroir des Costières de Nîmes est essentiellement constitué de galets roulés sur des terres argilo-calcaires, marquant par là leur appartenance à la Vallée du Rhône. Ces galets, qui descendent jusqu'à une profondeur de 5 à 15 mètres, sont enveloppés dans du sable de couleur variant du jaune vif au rouge profond. Les vignes envoient leurs racines très profondes dans les couches d'argile sous-jacentes, ce qui leur procure un apport d'eau modéré, mais régulier, même en période de chaleur intense au milieu de l'été. Les excellentes propriétés de drainage du gravier font que l'eau se déverse rapidement même sous de fortes averses. 

Découvrir le Domaine Terre des Chardons !

En été, la masse chaude formée par les pierres renforce l'effet de convection, lorsque les brises marines fraîches qui soufflent sur la Petite Camargue en fin d'après-midi rencontrent cette masse chaude. Cela crée ainsi une grande amplitude thermique jour / nuit, nécessaire pour la préservation de la fraîcheur et de la pureté des raisins qui se développent.

Structure des exploitations, types de vins et gastronomie

Le vignoble détient près du tiers des vignerons du Gard. Le morcellement de la propriété amène les producteurs à pratiquer très souvent une polyculture sur leur exploitation agricole. Bien que minoritaires, les grands domaines de plus de 20 hectares se répandent de plus en plus. Les exploitations de 10 hectares par contre restent majoritaires. Elles occupent environ 90 % du vignoble, expliquant ainsi l’importance des caves coopératives dans l’AOC. Ce type d’exploitation produit généralement des vins d’AOC sur 3.5 hectares, voire 5 hectares lorsqu’on inclut le vignoble producteur de vins de pays.

L’AOC produit des cuvées célèbres sur ses plus beaux domaines comme : Le Domaine biodynamique Terre des Chardons et sa cuvée Bien Luné , le Château Mas Neuf, le Château Mourgues, ou encore le Domaine Haut Moulin d’Éole.

 Les vins de l’AOC se rapprochent des vins des Côtes du Rhône et sont généralement fruités. Les vins rouges restent dans la lignée des Coteaux du Languedoc sur des saveurs de garrigue, de fruits rouges et d’épices. Ils sont recommandés dans l’accompagnement des viandes rouges, du gibier ou de fromages de caractère. Certains producteurs préconisent de les marier avec des tajines et du couscous, pour rajouter une pointe d’exotisme.

Les vins rosés sont légers, secs et délicats, avec des nuances un peu plus florales au nez comme en bouche. Ils s’accordent bien avec de la charcuterie, des poissons et de la cuisine chinoise.

Les vins blancs privilégient des saveurs d’agrumes, de fruits exotiques de fruits à chair blanche selon le mélange des cépages. Ils accompagnent agréablement les poissons et peuvent être servis en apéritif.

Les activités vigneronnes

L’oenotourisme dans la région recouvre plusieurs activités : visite de caves, rencontre avec les propriétaires, découverte des métiers et techniques de la vigne, dégustation des vins, connaissance des cépages, des appellations, des terroirs et de la gastronomie locale. Il y a également des activités sportives et de loisirs comme les promenades et randonnées dans les vignobles.

En dehors des activités initiées par des caves particulières, une activité oenotouristique majeure est mise en œuvre par le Syndicat des Vignerons des Costières de Nîmes dont les principales manifestations sont : les Vignes Toquées (balade gastronomique dans le vignoble), la bodega des Costières de Nîmes pendant la fête de Pentecôte et des vendanges, JeuDiVin (jeudi-dégustation tout l’été) et Nîmes Toquées (balade gastronomique et culturelle dans la ville).

Une charte de qualité des caveaux de dégustation a été mise en place dans la Vallée du Rhône pour tous les vignobles par Inter Rhône, et destinée aux touristes. Par ailleurs, l’appellation Costières de Nîmes a obtenu le label Vignoble et Découverte d’Atout France, preuve de la diversité et de la qualité de ses offres oeno-touristiques. Elle référence plus de 100 acteurs labellisés aujourd’hui.