Beaujolais : région et vin

En tant que zone géographique, le Beaujolais se trouve au nord de Lyon, et s’étend dans le nord du Rhône ainsi que dans le sud de la Saône et Loire. Il tire son nom de Beaujeu, qui fut sa capitale lorsqu’il n’était encore qu’une ancienne province française. Aujourd’hui, sa capitale est Villefranche-sur-Saône, qui est d’ailleurs le chef-lieu d’arrondissement du Rhône.

Son nom est plus connu lorsqu’il fait référence au vin. Il se définit dans ce cas comme un vin français d’Appellation d’Origine Contrôlée produit dans le vignoble décrit ci-dessus. L’AOC s’étend sur la totalité du vignoble du Beaujolais et offre plusieurs vins, dont le beaujolais supérieur et le fameux beaujolais nouveau. Sa production en vins rouges est presque exclusivement assurée par le cépage Gamay, qui a su se révéler plus intéressant que le Pinot Noir. Le Chardonnay assure néanmoins sa production en vins blancs, mais dans une infime proportion.

Découvrir ce délicieux Brouilly, 100% Gamay

Situation du vignoble

Le vignoble du Beaujolais est délimité à l’est par la rivière Saône et à l’ouest par les monts du Beaujolais. Il s’étend sur les départements de Saône-et-Loire (sur 11 communes) et du Rhône (sur 85 communes), et prolonge la Bourgogne viticole au sud. Une bonne partie de son aire géographique est réservée à l’Appellation d’Origine Contrôlée Beaujolais Villages, qui est une appellation sous-régionale occupant 30 communes du Rhône et 8 communes de Saône et Loire. Sur le plan administratif, il appartient à la région Bourgogne-Franche-Comté.

Son climat est tempéré à tendance continentale et méditerranéenne, et il bénéficie de la protection des contreforts du Massif central contre les perturbations océaniques. Son sous-sol possède un socle d’origine hercynienne, et composé principalement de roches granitiques, volcaniques et métamorphiques. Ce socle hercynien est recouvert au sud de Villefranche-sur-Saône jusqu’aux monts du Lyonnais par des sédiments marins, et le sol à ce niveau est essentiellement argilo-calcaire. Dans les bas de coteaux et dans la Vallée de la Saône, ses sols sont plutôt limino-argileux. Il possède également des sols sableux dans sa zone septentrionale.

Son paysage est dominé à l’ouest par les Monts du Beaujolais, et à l’est par des coteaux et des collines aux croupes arrondies. La région des crus domine sa zone septentrionale, tandis que sa zone méridionale est dominée par le pays des pierres dorées. Enfin, il s’étend sur 19 000 hectares selon les données de 2008.

PinotBleu - Beaujolais

Une Appellation d’Origine Contrôlée particulière

Le Beaujolais en tant qu’AOC a été créé le 12 septembre 1937, suite au décret qui établissait une commission chargée de la délimitation de l’aire de production. Son nom vient de la ville Beaujeu, qui est une ancienne capitale seigneuriale. La sortie du Beaujolais nouveau à partir de 1951 devient un événement dont l’importance ne cesse de s’accroître. La date de sortie est d’ailleurs fixée au troisième jeudi du mois de novembre de chaque année, depuis 1985.

Les principaux cépages

Il est produit presque exclusivement à partir du cépage rouge Gamay, mieux connu sous le nom de Gamay Noir. Ce dernier est issu du croisement entre le Pinot Noir et le Gouais, et permet d’obtenir des vins rouges. Il est peu vigoureux, fertile, mais est aussi faible avec une tendance à s’épuiser. Il s’exprime mieux sur des sols acides et granitiques. Il a gagné en popularité dans la région car, contrairement au Pinot Noir, il mûrit deux semaines plus tôt et est beaucoup moins difficile à cultiver. Il est néanmoins sensible aux gelées printanières et au millerandage (en cas de mauvaises conditions climatiques à la floraison). Il donne des raisins même sur les contre-bourgeons. Son vin est généralement rouge avec des nuances de violet, pauvres en tanins et dotés d’une bonne acidité. Il possède très souvent un caractère fruité (fruits rouges et fruits noirs), avec peu de complexité aromatique. Par ailleurs, la plus grande ressource de Gamay au monde se trouve dans le Beaujolais.

D’autres cépages sont néanmoins autorisés. Ce sont notamment le Chardonnay, l’aligoté, le Melon, le Pinot Gris et le Pinot Noir.

Vendanges, rendements, vinification et élevage

Les rendements maximums autorisés par le cahier des charges sont de 64 hectolitres pour les vins rouges et rosés (avec un rendement butoir de 69 hectolitres), 62 hectolitres pour les Beaujolais supérieur (avec un rendement butoir de 67 hectolitres) et 60 hectolitres pour les vins blancs (avec un rendement butoir de 72 hectolitres).

Les vendanges sont faites à la main comme dans le Champagne, de manière à cueillir les grappes en gardant les raisins intacts. Les grappes sont acheminées soigneusement du vignoble au chai, transvasées dans les cuves sans être foulées, puis les cuves sont fermées. Ce processus marque le début de la vinification, qui se fait selon la technique de la macération carbonique. Les raisins sont incapables de respirer dans la cuve saturée, et commencent leur fermentation en anaérobie. Le gaz carbonique ne peut s’échapper des cuves, ralentissant ainsi la macération. Cela permet d’extraire des arômes spécifiques et les couleurs. Cependant, la macération est différente en fonction du type de vin à obtenir. Elle dure quatre jours pour les Beaujolais nouveaux, entre six et huit jours pour les Beaujolais Villages, et entre dix et quatorze jours pour les Crus du Beaujolais (afin de faire ressortir la couleur et les arômes). Il s’agit dans tous ces cas d’une macération semi-carbonique. Lorsqu’elle s’achève, le jus de goutte est vidé et le moût est pressé pour extraire le jus de presse. Les différents jus sont réunis, la fermentation alcoolique continue, et la transformation de l’acide malique en acide permet de réduire considérablement l’acidité des vins.

Les vins sont mis en bouteille et commercialisés dès le troisième jeudi de novembre (notamment les Beaujolais nouveaux), ou bien ils sont élevés plusieurs mois en foudres de chêne (notamment les meilleurs crus).

La macération semi-carbonique permet d’obtenir des vins souples, fruités et pouvant se boire rapidement.

Les types de vins produits

La macération semi-carbonique précédente s’applique généralement sur le Gamay noir à jus blanc, qui donne des vins rouges aromatiques et fruités. Les vins blancs et rosés ont une vinification quelque peu confidentielle. En plus des rouges, des blancs et des rosés de base, la région viticole offre aussi des vins « primeurs » ou « nouveaux » (connu sous le nom de vins de fête) et des vins de qualité supérieure.

Quoi qu’il en soit, il y a trois catégories de vins du Beaujolais :

  • Les vins d’AOC Beaujolais. Il s’agit d’une appellation régionale qui offre des vins rouges fins, légers avec une dureté due au calcaire ;
  • Les vins d’appellation sous-régionale Beaujolais-Villages, qui sont produits sur le vignoble de l’appellation comme décrit plus haut ;
  • Les vins d’appellation communale, dits les « dix Crus du Beaujolais ». Ils sont produits sur les communes du même nom qui sont : Brouilly, Côte de Brouilly, Chénas, Morgon, Fleurie, Chiroubles, Juliénas, Moulin-à-vent, Saint-Amour et Régnié.

Découvrir ce délicieux Brouilly, 100% Gamay

PinotBleu - Beaujolais