Sancerre : localité au vignoble doublement célèbre

Située dans le département du Cher en région Centre-Val-de-Loire, Sancerre est une commune française très accueillante pour les touristes, qu’ils soient amoureux de beaux pays paysages, amateurs de vin ou de fromage.

Situation géographique

Son territoire est occupé par Verdigny au nord-ouest, Menetou-Râtel à l’ouest, Bué au sud, Ménétréo sous-Sancerre Thauvena au sud-est et Saint-Satur au nord-est. Son site se trouve à la limite du département du Cher et de la région Centre-Val-de-Loire. Il est traversé par le canal latéral à la Loire. Situé précisément en Berry, Sancerre domine le magnifique panorama du Val de Loire depuis son piton rocheux d’environ 312 mètres d’altitude. Il offre une belle vue panoramique sur son vignoble et sur les bords de la Loire. Les sommets des monts du Morvan qui peuvent s’apercevoir depuis l’esplanade Porte césar, offrent une vue splendide avec leurs tonalités de pastels. La ville de Sancerre proprement dite s’étale sur la pente la moins escarpée qui se trouve au sud-ouest, de la base de la colline jusqu’au sommet.

Entre 1790 et 1794, le village de Chavignol a été fusionné à la commune de Sancerre. Il est situé dans une cuvette en plein centre des vignes, et s’étire le long de la route qui mène à l’église. Tout le sancerrois peut d’ailleurs s’observer à partir du Belvédère du Graveron, qui domine le village de Chavignol.

Le climat est chaud et tempéré sur tout le territoire, avec une température moyenne annuelle de 10,3 degrés Celsius. Les précipitations y sont importantes toute l’année (même pendant les mois réputés être les plus secs), avec une moyenne annuelle d’environ 755 mm. Quant aux terroirs ou aux sols, il en existe trois types : les « terres blanches » ou sols argilo-calcaires (dans les vignobles de l’ouest), les « caillottes » ou sols calcaires et les silex (dans les vignobles de l’est).

Toponymie et histoire

L’explication du nom de cette localité connaît quelques divergences. Selon des sources érudites et historiques du XIXe siècle, le nom de la localité serait tiré de « Sacrum Caesaris », soit « César le sacré ». Cela viendrait du fait que la hauteur primitive sur un plateau élevé à deux kilomètres sur la rive gauche de la Loire ait été associée à la légende de César. Cette expression aurait ensuite été christianisée en « saint César » ou « saint Cère ».

Cependant, cette explication est rejetée par les études toponymiques modernes. Bien que le nom antique du site de hauteur soit Gartona, ces études montrent que l’oppidum est antérieur à la conquête des Gaules. Ce serait bien au-delà de la période celtique de Hallstatt que remonte l’occupation de hauteur. Un sanctuaire au martyr africain du IIIe siècle s’élève près des voies marchandes et d’un cimetière à l’extérieur de la cité. Selon des fouilles archéologiques, un habitat de hauteur sur la colline est attesté au VIIIe siècle. Il est fait mention d’un château Sancti Satyri dans un document latin médiéval en 1034. Serre vient donc du français ancien Sayre, lui-même dérivé de la forme populaire de Satyrus. Sancerre serait donc un Saint-Satur qui a subi une évolution phonétique populaire.

L’histoire de la localité commence réellement au XIIe siècle, avec la construction du château de Sancerre par Étienne 1er de Sancerre. C’est lui qui fortifia la cité, établit la monnaie et développa la culture de la vigne. Il est également à l’origine de la dynastie de la maison de Sancerre. Dans les années 1550, la ville est une grande place de guerre calviniste et reste acquise aux protestants après la paix de 1570. En 1850, l’oïdium ravage de nombreux vignobles et constitue un véritable fléau pour les habitants pendant 15 ans. En 1960, l’export du vin s’intensifie avec le développement des chemins de fer près du vignoble. La ville s’ouvre donc au pays français ce qui facilite la promotion de ses vins. Depuis 2005 d’ailleurs, l’ouverture de la Maison des Sancerres permet à tout visiteur de découvrir le vignoble sancerrois. C’est une véritable porte d’entrée du vignoble imaginée par les vignerons de l’appellation Sancerre.

Les spécialités locales

Sancerre est connu pour ses vins, son fromage et ses diverses manifestations. Cette ville possède un riche patrimoine viticole. Elle est reconnue pour son Sauvignon blanc croustillant, qui permet d’obtenir du vin blanc sec. Les vignerons sancerrois produisent également des vins rouges et des vins rosés de haute qualité à partir du Pinot Noir. L’obtention de l’appellation d’origine contrôlée (en 1936 pour les vins blancs issus de Sauvignon Blanc, et en 1959 pour les vins rouges issus du Pinot Noir) a permis aux vins de Sancerre d’être connu dans le monde entier. Le vignoble de l'AOC Sancerre couvre d'ailleurs 14 communes du département du Cher, notamment : Menetou-Râtel, Thauvenay, Bannay, Bué, Sury-en-Vaux, Crézancy-en-Sancerre, Ménétréol-sous-Sancerre, Montigny, Saint Satur, Sainte-Gemme-en-Sancerrois, Veaugues, Sancerre, Verdigny et Vinon.

Aujourd’hui, en plus de la reconnaissance mondiale de ses AOC, la réputation de la localité continue de grandir grâce à une nouvelle génération de vignerons passionnés, dont beaucoup travaillent pour faire des vins biologiques.

Le Crottin de Chavignol est l’autre spécialité sancerroise. C’est un fromage de chèvre au lait entier et cru, dont le berceau se trouve dans le village sancerrois de Chavignol. Le nom crottin vient de la forme du fromage qui est semblable à celle du crot (ancienne lampe à huile en terre cuite). Plus fréquemment appelé Chavignol, ce fromage bénéficie d’une appellation d’origine contrôlée obtenue en 1976.

Cette ville est aussi connue pour ses manifestations et son cadre de vie. C’est le cas notamment du Rallye des vignobles, qui est une épreuve sportive et touristique attirant des randonneurs de tout l’hexagone. Il en est de même pour le Marché de Terroir et la Fête des Plus Beaux Détours de France.